Confronter les employés et les situations difficiles

confronter

Toujours dans le cadre de mon étude sur les compétences clés d’un leadership favorisant le maintien d’un milieu de travail positif et stimulant, les participants m’ont permis de présenter le courage comme étant l’une des caractéristiques indispensables que doit avoir un leader. Ce qui m’a inspiré la petite maxime suivante : « Celui qui prend la barre du leader « ship », doit être paré à affronter les mers agitées ». Parce qu’il est clair que le leader doit être en mesure de gérer les conflits lorsqu’ils surviennent et même les prévenir. Il doit aussi être proactif quant à la résolution de problèmes. Les gens s’attendent à ce qu’un leader ait le courage de confronter les employés et les situations difficiles, afin d’arriver à une résolution satisfaisante.

Ce qui traîne se salit

C’est d’ailleurs à cause du manque de courage de certains leaders que les situations se dégradent et créent des tensions au sein des équipes de travail. Mon étude ne suggère pas que le leader doit tout savoir et avoir des solutions à tout, mais avec la collaboration des membres de son équipe, il doit être en mesure de résoudre les problèmes rencontrés. Les participants rappellent ainsi le besoin des employés d’être impliqués. Toutefois, les gens font encore une fois appel à l’ouverture du leader à débattre et à échanger de façon franche pour favoriser une résolution efficace et durable

Malheureusement, de façon inconsciente, il arrive parfois au leader d’encourager des comportements qui ne sont pas désirés. Parfois, cet encouragement devient même collectif. Nous rions de l’attitude bougonne d’un collègue, nous tolérons les sautes d’humeur fréquentes d’un autre, etc. Que fait-on quand ce n’est plus acceptable, ou lorsqu’un autre membre de l’équipe adopte les mêmes comportements? Quel message est communiqué au reste de l’équipe? Voilà pourquoi qu’en matière de conflits et de comportements inadéquats, le temps fait rarement bien les choses. Si le leader n’a pas été en mesure de prévenir, il doit intervenir.

La capacité du leader à traiter les cas d’employés difficiles est donc un autre enjeu important. Parce que c’est dans l’action qu’on reconnaît la valeur des vrais leaders. Pas dans les discours et les intentions. En ayant, le courage de faire face aux employés difficiles, le leader livre un message clair quant à ses attentes et aux valeurs de l’entreprise. Il démontre ainsi toute la rigueur, la cohérence et la constance qui sont attendues de lui. Ce faisant, il contribue au maintien d’un milieu de travail où il fait bon vivre.

Vous avez besoin de conseils RH, n’hésitez pas à me contacter.

Qu’en pensez-vous? Laissez-moi vos commentaires.

Cet article vous a plu? Partagez-le en utilisant le média de votre choix (voir la liste ci‑dessous). Ainsi, vous contribuez à multiplier le nombre d’entreprises où il fait bon travailler. Merci!

Mario Plantin, M.Adm CRHA

 

Découvrez mes précédents articles sur le leadership et la gestion des ressources humaines

Abonnez-vous au blogue Leader Authentique et Efficace, pour être informé et recevoir les nouveaux articles dès leur publication.

©2016, Objectif Coaching

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 7 =