Un leader, ça marque!

Un leader, ça marque!

Récemment, une bonne connaissance à moi a été rencontrée par son patron, dans le but de recadrer un comportement jugé inadéquat. C’est exactement ce à quoi je m’attends d’un leader responsable. Parce que trop de leaders n’ont pas le courage nécessaire pour gérer les situations difficiles. Cependant, le patron en question ne s’est pas préoccupé de l’impact de son intervention. Rappelez-vous, un leader, ça marque!

La rencontre

D’abord, il est important de préciser que, selon cette employée, son patron l’estime beaucoup et leurs échanges sont habituellement très cordiaux. De plus, elle reconnait les compétences de son leader et apprécie son mode de gestion.

Apprenez à gérer à l’aide des couleurs Insights

Apprenez à gérer à l'aide des couleurs InsightsNous avons tous déjà entendu quelqu’un dire qu’il est vert, jaune, bleu ou rouge. Mais qu’est-ce que cela signifie? En fait, l’origine des couleurs découle des fonctions psychologiques de Carl Jung qui comprenaient l’extraversion et l’introversion. Reprises par le psychologue William Marston (inventeur du détecteur de mensonges) qui élabora 4 types de réactions comportementales : Dominance (rouge : comment faites-vous face aux problèmes et aux défis?), Influence (jaune : comment gérez-vous des situations impliquant des personnes et des idées?), Stabilité (vert : comment faites-vous preuve de rythme et de cohérence?) et Conformité ou consciencieux (bleu : comment réagissez-vous aux règles et aux procédures?) qui forme le DISC. Ce n’est que beaucoup plus tard que les premiers tests ont été développés pour permettre d’identifier le style comportemental des personnes. Or, aujourd’hui, il est possible d’aller encore beaucoup plus loin : apprenez à gérer à l’aide des couleurs Insights.

Soyez plus qu’un leader… Soyez un bon coach

coach

Une fois qu’un leader a fait le choix éclairé de gérer du personnel, qu’il est conscient de son rôle et de l’importance de bien communiquer, il doit savoir ce qui suit. Les résultats de mon étude démontrent clairement que les employés souhaitent avoir un leader capable de les coacher. C’est‑à‑dire quelqu’un qui s’intéresse à leur développement continu et qui croit en leur potentiel. Pour l’entreprise, avoir des leaders-coaches c’est la garantie d’obtenir plus dans un contexte stimulant et valorisant. C’est un engagement auprès du personnel à offrir un cadre de travail respectueux et constructif. Pour le leader, être un bon coach c’est :

La communication, compétence-clé du leader

La communication - Compétence-clé du leader

Quelles leçons tirer des résultats de mon étude suite aux entrevues et au sondage, à propos de la communication du leader ?

D’abord, c’est le thème qui a été pointé le plus souvent comme étant à la source des tensions sur les équipes de travail. Il est donc important et prioritaire pour les entreprises, les leaders en poste et les personnes qui aspirent à le devenir de considérer la communication comme étant une des compétences-clés d’un leadership authentique et efficace. Mais, qu’est-ce qu’on veut dire exactement par « bien communiquer »? L’analyse des résultats de la recherche me permet d’identifier certaines caractéristiques d’une communication efficace.

Choisir d’être un leader – D’abord un choix éclairé

Choisir d'être un leader

Lorsque l’on réalise, après bien des maux, que le leader en place n’est pas adéquat, il est facile de blâmer l’entreprise pour ce choix. Mais qu’en est-il des personnes qui acceptent le poste? Certaines l’acceptent sans même en connaître les réelles implications, et ce, simplement pour améliorer leur lustre (titre, pouvoir, etc.) et leur sort (salaire, conditions, fonds de pension, etc.). D’autres le font en croyant sincèrement avoir ce qu’il faut pour jouer ce rôle de façon efficace, alors que ce n’est pas le cas. Nonobstant le fait que l’entreprise doit s’assurer de mettre en place un processus de sélection rigoureux, comme mentionné dans l’article précédent Choisir un leader-Les prémices d’une démarche gagnante (2/2), le leader en poste est aussi responsable de son choix. De ce fait, je propose une démarche réflexive à ceux et celles qui aspirent à jouer ce rôle fondamental dans la dynamique d’une équipe.

Choisir – Les prémices d’une démarche gagnante (1 de 2)

Choisir - Les prémices d'une démarche gagnante

Comme promis, suite au sondage sur la question « Qu’ont en commun les équipes de travail qui vivent des tensions internes? », voici le premier article de la série les 5 « C » d’un leadership authentique et efficace. Le premier « C » étant de Choisir – Les prémices d’une démarche gagnante.

Parce que trop de leaders sont en poste pour les mauvaises raisons, il est essentiel pour les entreprises de Choisir leurs leaders de première ligne de façon rigoureuse et pour les leaders eux-mêmes de faire un choix éclairé. Or, dans 82 % des cas, les entreprises ont de la difficulté à sélectionner les candidats ayant le bon talent (Gallup, 2014). Faire le bon choix, dès le départ, est donc une étape cruciale pour s’assurer de dénicher des leaders vraiment efficaces.

Le lourd fardeau de la gestion du personnel

leaderauthentique.com_coaching professionnel_fardeau_GRH_tableau2

Lorsque j’interviens en entreprise, c’est rarement parce que ça va bien. J’arrive souvent à un moment où le climat est très tendu, les hostilités sont lancées, les comportements inadéquats, ou les manquements sont fréquents et, parfois même, le patron a songé à tout lâcher. Le nez collé sur les problèmes et biaisé par les émotions, il n’arrive pas à voir de solutions. Cela me rappelle un entrepreneur dont les affaires marchaient relativement bien, mais qui trouvait de plus en plus difficile son quotidien au travail. Sa conjointe m’a appelé et nous avons convenu d’une rencontre pour bien comprendre et évaluer leurs besoins. Assez rapidement, j’ai ressenti leur désarroi et cerné à quel point ils trouvaient difficile de porter le lourd fardeau de la gestion du personnel.

Remettons l’humain au coeur de nos préoccupations

Technologies vs gestion du personnel

Aujourd’hui, tout évolue rapidement… sauf la gestion du personnel. Bien sûr, la dotation et les processus RH se sont améliorés, mais qu’en est-il vraiment de la gestion quotidienne du personnel?

Malgré l’état de nos connaissances, trop de gens en entreprise souffrent encore. Et le portrait ne va pas en s’améliorant. Il y a 10 ans, l’Organisation mondiale de la santé prévoyait qu’en 2020 la maladie mentale (dépression, burn-out, etc.) serait la principale cause d’absentéisme au travail. En 2013, le Conference Board du Canada et le conseil du patronat confirment toujours la tendance.