Confronter les employés et les situations difficiles

confronter

Toujours dans le cadre de mon étude sur les compétences clés d’un leadership favorisant le maintien d’un milieu de travail positif et stimulant, les participants m’ont permis de présenter le courage comme étant l’une des caractéristiques indispensables que doit avoir un leader. Ce qui m’a inspiré la petite maxime suivante : « Celui qui prend la barre du leader « ship », doit être paré à affronter les mers agitées ». Parce qu’il est clair que le leader doit être en mesure de gérer les conflits lorsqu’ils surviennent et même les prévenir. Il doit aussi être proactif quant à la résolution de problèmes. Les gens s’attendent à ce qu’un leader ait le courage de confronter les employés et les situations difficiles, afin d’arriver à une résolution satisfaisante.

Faites l’éloge des conflits et des départs

Faites l’éloge des conflits et des départs

Ce que l’on fuit nous poursuit, ce à quoi l’on fait face s’efface

Comme toute chose, quand ça va mal on a le choix de s’apitoyer, de faire semblant de ne pas le voir ou d’y faire face pour avancer.

Je rencontre régulièrement des gens en entreprise qui vivent des problèmes de toutes sortes (non respect des règles, absentéisme, roulement de personnel, etc.). Malheureusement, le problème dure généralement depuis déjà trop longtemps. L’insatisfaction est à son comble et les tensions ne cessent d’augmenter. Vos employés réagissent et vous parlent. À vous de les écouter. Par exemple, un roulement de personnel élevé signifie habituellement que les gens ne sont pas bien. C’est à vous que revient la responsabilité d’identifier la cause (des conditions insatisfaisantes, un leadership inadéquat, ou autres) et de faire cesser l’hémorragie.

Quand ça va mal, tout ne va pas mal (L’enquête-diagnostic)

leaderauthentique.com_coaching_professionnel_santeParfois, certains employés ou patrons ont l’impression que rien ne va plus. Malheureusement, les expériences passées et l’inaction des responsables leur donnent souvent raison. Aussi, lorsque nous sommes directement touchés par une situation tendue, nous sommes très souvent plus émotifs qu’objectifs. Il est alors difficile de prendre le recul nécessaire pour analyser calmement la situation et d’en tirer les bonnes conclusions. Sans compter, que lorsqu’une problématique traîne depuis trop longtemps, un certain cynisme s’installe et il devient difficile pour le personnel d’imaginer un changement possible. Alors, quoi faire?