Parfois en entreprise, plus ça change plus c’est pareil!

enquete-satisfaction-coaching-en-entreprise-formation-gestionnaire

Une entreprise sous tension

« Plus ça change, plus c’est pareil! » Voilà l’expression parfaite du cynisme en entreprise. Prenons le cas d’ABC[1], une organisation qui a connu de nombreux changements de direction et de cadres, au cours des dernières années. En dépit de ses nombreuses années d’existence, il n’est pas rare d’entendre : « ABC a 45 fois 1 an ». Déprimant n’est-ce pas? Comment mobiliser le personnel dans un tel contexte?

Un employeur modèle… en apparence!

Pourtant, au fil du temps, ABC s’est modernisée, a élargi ses marchés, a eu une demande croissante et a multiplié les projets. Or, beaucoup d’employés persistent à dire « plus ça change, plus c’est pareil! » Alors, comment corriger cette perception et éliminer plus de quatre décennies de cynisme?

Malgré les sondages sur le climat organisationnel, un processus d’accueil bien rodé, des conditions de travail enviables et des programmes de reconnaissance intéressants, un sentiment d’insatisfaction presque généralisé persiste chez ABC. Devant un tel constat, on peut aisément imaginer que les vrais problèmes, les causes profondes, n’ont jamais été traités. Par exemple, lorsqu’un sondage sur le climat organisationnel a établi que le personnel se sentait peu valorisé, un programme de reconnaissance annuelle a été mis en place. L’intention est excellente. Toutefois, les absences en maladie, autant chez les employés que chez les cadres intermédiaires, sont encore trop fréquentes. Voilà un signe inquiétant et pourtant concret d’une problématique importante.

Le courage de faire face aux vrais problèmes

Chez ABC, manque-t-on de courage en ne s’attaquant pas aux vrais problèmes? Quand ça va mal pour un employé, c’est rarement à cause de la mission, des objectifs et des politiques de l’entreprise. Son problème se situe ordinairement près de lui. C’est souvent le leadership de proximité qui est à la source du problème. Je ne veux pas minimiser l’impact positif des programmes de reconnaissance et des mentions honorables lors du bilan de fin d’année, néanmoins, cela ne suffira pas à régler le problème des employés désabusés qui ne se sentent pas valorisés.

Et si la solution d’ABC passait par :

  1. un diagnostic efficace du contexte de travail, à l’aide d’entrevues semi-structurées auprès des personnes concernées;
  2. une volonté tangible de changer les choses;
  3. une réelle remise en question des modes d’encadrement (leadership);
  4. la mise en place de mécanismes d’évaluation et de soutien, des employés et du personnel d’encadrement, qui favorisent le développement, le partage et la coopération;
  5. une démarche et une gestion efficace des changements envisagés;
  6. un suivi concret des mesures prises;
  7. sans négliger, un temps de célébration pour souligner les efforts et le travail accompli.

Alors, peut-être qu’un jour, on pourra entendre chez ABC « plus ça change, plus on évolue! »

Mario

Qu’en pensez-vous? Laissez-moi vos commentaires au bas de cet article.

Cet article vous a plu? Partagez-le en utilisant le média de votre choix (voir la liste ci-dessous). Merci!

Prochain article : Gérer du personnel au quotidien – La recette

Abonnez-vous au blogue Leader Authentique et Efficace pour être informé et recevoir les nouveaux articles dès leur publication. Pour vous abonner, cochez la case dans la section commentaire.

©2013, Objectif Coaching


[1] Le nom de l’entreprise a été changé, afin de préserver la confidentialité des renseignements.

3 réflexions au sujet de « Parfois en entreprise, plus ça change plus c’est pareil! »

  1. Une entreprise c’est d’abord et avant tout des hommes et des femmes qui ouvrent ensemble pour atteindre un objectif commun . Toutefois , souvent on oublie la personne en mettant en épingle la chose en l’occurrence :le profit pour le patron et la hausse de salaire pour les employés .Destinés à se compléter les intérêts tendent alors à s’opposer . C’est à qui pourra piocher dans l’escarcelle de l’autre . Une démarche asymétrique et aphasique qui ne pourra que déboucher sur un antagonisme. Une approche fondée sur la compréhension mutuelle et l’empathie amènerait chaque partie à plus d’humilité et moins d’égoïsme . En prenant conscience de l’inanité du « chacun pour soi « et de l’opportunité du « tous ensemble »

  2. Ping : Rétrospective 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × cinq =