Trois conditions essentielles pour une performance optimale

Trois conditions pour la performance

Récemment, je lisais un article sur la performance optimale des entreprises. Je vous partage les conditions qui y sont présentées. En plus d’être intéressantes, elles correspondent à celles proposées par  Mihaly Csikszentmihalyi avec sa théorie sur le Flow (vous pouvez lire mon article sur le sujet Mobilisation et performance par le Flow).

Après avoir interrogé plusieurs centaines de gestionnaires, Susie Cranston et Scott Keller de McKinsey Quarterly ont établi que, pour obtenir une performance optimale, les entreprises doivent travailler sur trois niveaux.

1. Sur le plan rationnel (quotient intellectuel de l’entreprise – QI)

Une communication efficace :

  • clarté des rôles;
  • compréhension claire des objectifs;
  • accès aux connaissances et aux ressources nécessaires pour bien accomplir le travail.

Ces facteurs créent un milieu clair et efficace.

Avec un faible QI, l’énergie des employés est mal canalisée et souvent conflictuelle.

2. Sur le plan émotionnel (quotient émotionnel – QE)

Des interactions de qualité :

  • climat de confiance / respect ;
  • conflits constructifs / humour ;
  • sentiment d’être tous « dans le même bateau » / collaboration.

 Ces facteurs créent un milieu sécuritaire.

Avec un faible QE, l’énergie se dissipe sous forme de politiques internes, de gestion d’ego et d’une attitude passive agressive pour éviter les problèmes délicats.

3. Sur le plan du sens (quotient de sens – QS)

Des enjeux importants :

  • frénésie dans l’air / défi à relever;
  • action qui compte pour les personnes concernées;
  • quelque chose qui changera tout et qui n’a jamais été réalisé.

Ces facteurs créent un milieu stimulant.

Avec un faible QS, les employés consacrent moins d’énergie à leurs tâches et considèrent leur emploi comme « un simple job » qui ne procure qu’un salaire.

En conclusion, il est important de se rappeler que les employés qui évoluent dans un milieu où le niveau de QI, QE et QS sont élevés sont cinq fois plus productifs en étant à leur performance optimale.

À vous maintenant de rendre votre milieu clair, efficace, sécuritaire et stimulant pour accroître le niveau de performance de votre entreprise.

Source : Premium no : 20, juin, juillet, août 2013

Mario

Qu’en pensez-vous? Laissez-moi vos commentaires au bas de cet article.

Cet article vous a plu? Partagez-le en utilisant le média de votre choix (voir la liste ci-dessous). Merci!

Prochain article : Quand ça va mal, tout ne va pas mal (L’enquête-diagnostic).

Abonnez-vous au blogue Leader Authentique et Efficace pour être informé et recevoir les nouveaux articles dès leur publication. Pour vous abonner, cochez la case dans la section commentaire.

©2013, Objectif Coaching

6 réflexions au sujet de « Trois conditions essentielles pour une performance optimale »

  1. Merci Mario pour ton commentaire. Il vient éclairer mon travail de gestionnaire. Je vois ces trois niveaux comme des repères qui vont soutenir mon action dans l’atteinte de mes objectifs.

  2. Bonjour Mario,
    J’aime la présence des conflits constructifs et de l’humour, dans le QE. Cela donne du poids à la gestion du patrimoine humain, trop souvent vue comme une discipline « fleur bleue ».
    J’aime aussi qu’ils soient côte à côte ! L’humour, c’est la prise de recul de la cohérence personnelle. c’est l’acceptation (mais pas passive, bien entendu) de ses manques fréquents d’intégrité. Sans en faire un drame démotivant, mais au contraire, une source d’informations, une mine de progrès possibles.
    Oser le conflit positif me semble être une voie déterminante, pour éliminer la violence (physique, morale,..mobbing), envers soi et envers les autres. Libérer la porole constructive, éliminer les silences ravageurs qui parlent en travers et se glissent près des machines à café et sous les tapis des longs corridors de nos entreprises. Eric

    [WORDPRESS HASHCASH] The poster sent us ‘0 which is not a hashcash value.

    • Bonjour Éric,
      En effet, le conflit constructif et l’humour devraient avoir une place importante dans les modes de fonctionnement de nos équipes. Ce faisant, les gens s’en porteraient mieux et une réelle collaboration serait alors possible.
      Merci Éric

  3. Bonjour Mario
    vous dites que les trois aspects dont vous parlez, multiplient par 5 la performance des entreprises.
    Ces trois aspects mettent en cause l’attitude des personnes et leurs liens entre eux.
    Vous ignorez même les compétences techniques comme moteur important du succès.
    Si je vous comprends bien, ce n’est franchement pas banal!
    À votre avis, quel est le niveau de conscience à propos de ces valeurs dans les entreprises ?

    Amicalement
    Serge de PuissantsContacts

    • Bonjour Serge,
      En fait, ce sont les chercheurs Susie Cranston et Scott Keller de McKinsey Quarterly qui estiment que les entreprises qui investissent des efforts dans le QI, le QE et le QS ont des employés cinq fois plus productifs. En effet, en s’occupant et en se préoccupant de son personnel, il est raisonnable de penser que la performance globale sera meilleure. Toutefois, l’article ne prêtant pas que se sont des facteurs exclusifs. Il est évident que si les employés n’avaient pas les compétences nécessaires pour accomplir leur travail, ce serait contreproductif. Il faudrait alors revoir la sélection, l’intégration et la formation qui seraient clairement déficientes.
      Cordialement
      Mario

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − seize =